HIV Hack : les Data contre le Sida

Après des mois de préparation, la communauté numérique de Bruxelles et d’ailleurs se réunit ces 23 et 24 novembre pour construire un modèle de lutte contre la résistance aux antirétroviraux. Les médecins qui souhaitent y participer sont les bienvenus.

Alors que l’objectif de l’OMS « Trois 90 d’ici 2020 » en Europe est facilité par la mise sur le marché et le remboursement de la Prophylaxie Pré-exposition PreP, les pays en développement font face à un problème majeur de santé publique concernant les infections au VIH.

Le suivi des personnes traitées n’est toujours pas optimal. Il en résulte une accumulation de mutations de résistance aux médicaments et une détérioration immunologique.

Une carte interactive et en temps réel

A l’initiative de la DataScience Community et sponsorisé par Johnson&Johnson et de son organisation Global Public Health, le projet « HIV Hack » a été inauguré en mars 2018 à DigitYser, la plateforme bruxelloise de promotion des outils numériques. L’objectif est de rassembler les talents autour de la problématique de la pharmaco-résistance au VIH, enrichis des experts de terrain, comme le Dr Marie-Pierre de Béthune, Janssen Research & Development.

Philippe Van Impe, CEO de DigitYser nous explique les 3 phases du projet : « De mars à novembre nous avons eu une phase de préparation. Durant les 6 workshops organisés, nous avons récolté des idées et des données, plus de 350 personnes étaient présentes au total »

Vient maintenant « Le hackathon International à Bruxelles du 23 au 24 Novembre. Une centaine de participants ont tous comme but de créer une solution qui pourra être mis en place localement et qui permettra de montrer aux autorités locales les régions les plus touchées. Ensuite on fera un roll out des solutions retenues dans un pays test. Au moins une équipe ira sur place former les experts locaux. Une formation d’une semaine est prévue. »

Les participants constitueront une quinzaine d’équipes. Ils ont pu collecter des bases de données de pays africains et apprendre comment se comporte le virus au fil des workshops. Ils espèrent concevoir un modèle cartographique interactif et en temps réel pour aider les gouvernements et les organismes médicaux locaux.

Le respect de la vie privée sera d’application, toutes les données sont anonymisées et seront détruites après construction du modèle.

Data for Good

Notons que ce projet s’insère dans le cadre plus global des évènements «Data for Good», organisé par la Communauté Datascience de Belgique, une organisation à but non lucratif regroupant les principales communautés européennes de DataScience et Intelligence artificielle, également basées à DigitYser.

Tout médecin intéressé par la synergie de plus en plus prometteuse entre les data scientists et les professionnels de santé est vivement invité à passer mettre son savoir au service des équipes du HIV Hack.

> Pour plus d’informations : https://hivhack.org/

X
X