Le centre DigitYser doit renforcer la place de Bruxelles sur le marché de l’économie numérique. 21 espaces de créations sont mis à la disposition des start-up.

Les geeks et les geekettes disposent dès aujourd’hui d’un nouveau lieu pour innover, imaginer et surtout créer leur société dans le domaine des nouvelles technologies. Digit Yser, situé boulevard d’Anvers, juste à la sortie du métro Yser, pourra accueillir une vingtaine de start-up à l’année et surtout, la structure prodiguera de nombreux conseils à tous ceux qui rêvent de se lancer.

Dans les anciens locaux de l’agence de pub Publicis, les équipes de DigitYser ont déjà trouvé leurs marques. Depuis six mois, des cours y sont prodigués dans les domaines techniques de la réalité augmentée, la réalité virtuelle, la cybersécurité, le big data ou encore le blockchain. « Nos équipes sont rodées et nous allons pouvoir fournir un espace de qualité et de rencontre à tous ceux qui veulent monter leur projet , explique Philippe Van Impe de DigitYser. De ces rencontres naîtront certainement d’autres innovations. »

Pour monter leur structure, un appel a été lancé au secteur privé comme au public. Du côté du premier, c’est Engie qui a mis la main au portefeuille en injectant 50.000 euros. La Sofina offre le bâtiment de 2.000m² qui pourra abriter 21 sociétés de maximum six personnes. Enfin, la Région bruxelloise, via son ministre de l’Economie, Didier Gosuin (Défi), débloquera par tranche, 400.000 euros. « C’est fantastique pour la Région de disposer d’un tel lieu , se réjouit Didier Gosuin. Nous avions du retard en la matière par rapport aux autres villes européennes. Cependant, je pense que les nouvelles technologies ont un grand potentiel. Déjà actuellement, 76 % des entreprises dans le numériques sont à Bruxelles et cela représente 7,6 % du PIB de la Région. »

Des aides pour la réalité virtuelle

Bruxelles a décidé de développer ce secteur en mettant en place plusieurs aides dans le domaine de la réalité virtuelle, du big data et de l’internet des objets. « Demain, quand un lampadaire ne fonctionnera plus, il nous le dira , s’enthousiasme le ministre. Avec la réalité virtuelle, une personne ayant subi un AVC peut déjà faire ses exercices de rééducation chez elle mais comme si elle était à l’hôpital. »

Pour mener cette politique, la Région a introduit un appel à projets pour sélectionner 9 start-up. Elles sont actives dans la cybersécurité, dans l’apprentissage à distance ou encore dans le conseil pour les jeunes sociétés du digital. Un nouvel appel à projets devrait être lancé prochainement.

En plus des espaces pour les start-up, DigitYser proposera tous les jours, un espace de rencontre entièrement gratuit et accessible à tous ceux qui ont une idée. Dans l’atrium central, ces créatifs pourront obtenir les conseils d’un comptable, d’un juriste ou encore des travailleurs du 1819, la structure régionale aidant les jeunes entrepreneurs à se lancer. « Cette émulation est importante pour nous et nous permet de créer l’avenir » , conclut Philippe Van Impe.

VANESSA LHUILLIERCopyright © 2017 Rossel & Cie. Tous droits réservés

X
X